Documentaire

Fleurs du Futur : Agua Boa from Valliance Prod on Vimeo.

DOCUMENTAIRE
« FLEURS DU FUTUR : AGUA BOA »
52 mn – HDV

Le programme socio-environnemental « Cultivando Agua Boa », implanté depuis 2003 au Brésil,
dans un bassin d’un million d’habitants, restaure la démocratie participative, répare les passifs environnementaux
et prépare un futur viable, en s’appuyant sur la qualité de l’eau et la gestion du territoire par micro-bassins.
Un exemple réussi de volonté politique publique, alliée à une éthique socio-écologique de pointe.
Une méthodologie adaptable et applicable partout dans le monde,
en-dehors de tout contexte lié aux impacts de la construction d’un barrage.

Danielle MITTERRAND

Fondation France-Libertés

« Lorsque l’Homme de bon sens se met en demeure de transformer une calamité en opportunité,
l’espoir d’un monde meilleur se dessine. C’est ainsi que j’ai découvert le programme „Cultivando Agua Boa”,
du barrage d’Itaipu, à la frontière du Brésil et du Paraguay.
Originalement conçu à des fins purement économiques, quelques décennies plus tard,
une bonne compréhension de la politique de l’eau, soucieuse du bien-être de toute la population environnante,
en a fait une source de vie pour tous.
C’est un encouragement pour ceux qui sont déterminés à penser la politique autrement. »

Leonardo BOFF

Commission Charte de la Terre

« Ce documentaire « Fleurs du Futur : Agua Boa » montre comment le plus grand barrage hydroélectrique du monde,
Itaipu Bi-national, a pu réaliser une véritable révolution écologique,
en mettant en pratique les quatre grands versants de l’écologie :

  • l’environnemental, avec des programmes de protection du milieu-ambiant,
  • le social, par l’implication de 29 municipalités de la région où vivent près d’un million de personnes,
    avec des techniques de production agricole écologiques, la restauration des cours d’eau et le recyclage des déchets,
  • le mental, par l’introduction d’ une vision nouvelle de la Terre Mère et la formation de 10 000 éducateurs,
  • et enfin, le « profond » ou l’intégral, par la création d’une vision intégrale de la Terre Mère et du Cosmos,
    offrant une version spirituelle de la réalité.

Ce travail est exemplaire et peut susciter d’autres initiatives similaires.
Il donne l’espoir qu’un autre monde est non seulement possible mais aussi réalisable et nécessaire. »